Trois hameaux à découvrir

Abillièra

Accès :

Depuis la RD 2205, 2 km avant Saint Sauveur, traverser un pont suspendu et prendre le chemin balisé pour environ trois quarts d’heure de marche.

Depuis le village prendre le chemin en direction de Saint Sauveur passant par Loirins et Ginesté (superbe ponton rénové sur le parcours). Compter 2 heures de marche.

Présentation :

Petit hameau d’olivette perché à 573 m au-dessus d’une gorge taillée dans les pélites rouges du permien. Abillièra a longtemps essuyé le mauvais sort : incendies en 1848 et 1875 ou passerelle maintes fois emportée par la Tinée. Il a longtemps souffert de son isolement. Eloigné du chef lieu, ses relations se sont naturellement tournées vers Saint Sauveur, village voisin. L’abbaye de Pedona y possédait au XI ème siècle un prieuré : Sainte Marie d’Ilonse. Victime de l’exode rural Abillièra n’est plus aujourd’hui qu’une succession de maisons délabrées. A son apogée le hameau comportait pourtant une école, un presbytère, un four à pain et toujours plus d’une centaine d’habitants.

A voir :

L’école-presbytère encore habitée, grosse maison au centre du hameau.

Le four.

La maison « dai Signour » qui se démarque du paysage en amont du hameau.

La chapelle dédiée à la Présentation de la Vierge en ruine.

Les toits typiques en lauze rouge.

La fontaine qui date de 1882.

Le mot du chat :

En 1872 les habitants d’Abillièra écrivent une pétition au maire d’Ilonse afin d’obtenir l’ouverture d’une école. Aucun des 130 habitants que compte le hameau  ne sait lire et écrire.

A ces trois hameaux nous pourrions adjoindre, en dépit de son habitat dispersé, celui d’Asclos dominé par la chapelle Saint Antoine.